Christophe Blanchet, à sa permanence puis en réunion publique à Merville-Franceville, a expliqué ses motivations pour briguer un second mandat de député dans la quatrième circonscription du Calvados, samedi 30 avril 2022. | OUEST-FRANCE

Samedi 30 avril 2022, c’était le jour de lancement de la campagne de Christophe Blanchet (MoDem) pour les élections législatives des 12 et 19 juin 2022. Dans une quatrième circonscription du Calvados qui a placé Emmanuel Macron en tête à l’élection présidentielle, le député sortant de la majorité présidentielle met en avant son soutien au président réélu, avec qui il veut se projeter à nouveau pour les cinq prochaines années.

"J’ai la volonté et la détermination pour continuer ce que je fais depuis cinq ans"​, annonçait samedi matin 30 avril 2022, Christophe Blanchet, en conférence de presse avant une réunion publique où Anne d’Ornano, Philippe Augier, Tristan Duval, entre autres, avaient répondu présent. La campagne pour les élections législatives est bel et bien lancée pour le député sortant (MoDem) de la quatrième circonscription.


Une semaine après le succès d’Emmanuel Macron, il veut à nouveau être dans la "majorité présidentielle"​. C’est d’ailleurs l’étiquette qu’il affiche pour l’heure, alors que les choses sont encore en train de se préciser dans le grand centre-droit pour les élections des 12 et 19 juin. "Mon groupe, c’est le MoDem. Suis-je contre ou avec le président ? Je serai avec, en gardant mon indépendance"​, répond le désormais candidat.
« Engagement respecté »

À 49 ans, l’ancien chef d’entreprise du monde de la nuit, conseiller municipal de Merville-Franceville où il a lancé sa campagne ce week-end, estime "avoir eu un pied dans l’hémicycle et l’autre en circonscription pendant cinq ans. J’ai respecté mon engagement d’être disponible et à l’écoute."

Soutien du gouvernement, il veut mettre en avant réussites et "acquis"​, même si les législatives doivent être "appréhendées avec hauteur et gravité"​, après une présidentielle qui a vu l’écart se resserrer entre Le Pen et Macron. Il espère cependant "une cohérence" ​pour les législatives pour redonner une majorité, pourquoi pas "plus diverse"​, à Emmanuel Macron.

Il cite, pour l’instant, deux priorités : "La protection et le suivi de la jeunesse"​, et "l’équité à retrouver par rapport à celles et ceux qui travaillent ou qui ont travaillé et qui galèrent dès le 5 du mois"​. Il aura l’occasion de parler de sa candidature lors de 26 réunions programmées.

Ouest-France