i-Democrates, pas de politique sans les iDLes sujets abordés furent : les candidatures des jeunes démocrates pour les municipales 2014, un bilan de l'élection présidentielle.

Thomas Friang a pour ambition de poursuivre la démarche de politique nationale dans l'esprit de l'équipe précédente.

La journée s'est déroulée en 3 temps que l'on peut résumer aux questions suivantes :
- quid de l'orientation scolaire au collège ? que faire à la fin de la 4e ou de la 3e ?
- quid de l'orientation après la Terminale, ou après la licence ? que deviennent les jeunes qui partent dans des licences diverses ?
- quid de l'employabilité des jeunes, et la progression de leur carrière ?
 
Des thématiques en sont ressorties :
- l'utilité réelle du Pôle Emploi ;
- l'efficacité et l'accession aux Centres d'Information sur l'Orientation ;
- la consistance de la tache des Conseillers d'Orientation, autant en fin de 3ème qu'en fin de BEP (même s'ils n'existent plus aujourd'hui) ou de Bac ;
- l'implication que doivent avoir les professeurs dans le suivi de leurs élèves, surtout ceux qui n'aiment pas l'école ou qui sont dégoutés du collège ;
- le manque de contact entre le monde de l'entreprise et celui de l'école (collège, lycée, fac) ;
- l'adaptation des programmes des Bac Pro et Technologique, qui ne s'est pas faite depuis 6 à 8 ans, malgré le fait que les Bac Pro se font en 3 ans au lieu de 4 comme auparavant via le BEP ;
- le nombre impressionnant de masters existants en France (+ de cinq mille) ;

logo.pngA tous les jeunes Français et à toutes les jeunes Françaises,

 J'adresse ce message : le temps de l'innocence et de l'inaction est malheureusement terminé !

Et nous ne pouvons plus nous permettre de rester en dehors des débats, de nous taire face aux menaces qui s’élèvent de toutes parts. Nous héritons, malgré nous, d’un pays sur-endetté (1 665 milliards d’euros de dette), soit 25 630 euros par personne, d’un environnement abîmé, et notre modèle républicain est chaque jour remis en cause.

 

Nicolas JoyauChers ami(e)s Démocrates,

Vous le savez peut-être, les Jeunes Démocrates renouvellent leur équipe nationale en juillet prochain. Un nouveau Président ainsi qu'un nouveau Bureau National des Jeunes Démocrates seront donc élus, pour un mandat de 2 ans.

L'équipe dans laquelle je m'inscris (Démocrates de Demain: http://democrates-de-demain.eu/) souhaite associer le plus d'adhérents possibles dans sa démarche, jeunes et moins jeunes, pour faire avancer notre mouvement.

Nicolas Sarkozy a dévoilé, vendredi 24 avril, un « Plan Jeunes » qui omet la plupart des difficultés rencontrées par les jeunes français. La Commission Jeunesse du Mouvement Démocrate et les Jeunes Démocrates refusent cet état de fait et présenteront, jeudi 30 avril, leurs contrepropositions à la presse. Ils demanderont par ailleurs à rencontrer le Haut Commissaire aux solidarités actives et à la jeunesse Martin Hirsch.


Plan emploi plutôt que Plan Jeunes ! Les jeunes français espéraient un « Plan Jeunes » d’envergure, qui comporte des réponses concrètes aux nombreuses difficultés qu’ils rencontrent dans leur vie quotidienne. Ils devront toutefois se contenter d’un « Plan emploi d’urgence» réducteur, malgré une très bonne dotation et quelques avancées en matière d’alternance et de valorisation des stages.

Quid de l’insertion choisie et durable ? Nicolas Sarkozy n’a pas répondu à la question de l’insertion durable dans le monde du travail. De nombreux jeunes multiplient aujourd’hui les petits boulots, sans pour autant déboucher sur une situation sociale et professionnelle stable. Ce « Plan Jeunes » ne leur apporte guère de solution. Le Président de la République répond seulement aux besoins de main d’oeuvre, sans prendre en compte les attentes et les choix d’orientation des jeunes générations.