​Rodolphe Thomas, maire MoDem d’Hérouville-Saint-Clair (Calvados) est confronté à la délinquance dans sa ville. Dans son interview de rentrée, il met en garde contre le point de non-retour que connaissent certaines métropoles françaises. Et prône certaines mesures.

Rodéos urbains et mortiers

Rodolphe Thomas, maire (MoDem) d’Hérouville-Saint-Clair (Calvados) n’élude pas le sujet : « 2020 et 2021 ont été des années compliquées en termes de sécurité à Hérouville. Que ce soit les tirs de mortiers comme les s urbains. Mais nous n’avons pas lâché et depuis les choses se sont améliorées. » La situation, notamment concernant les rodéos urbains, n’est pas comparable à ce qui se passe dans certaines villes, comme à Lyon. À Hérouville, cette délinquance se limite « à des initiatives individuelles, mais qui polluent la vie. Nous avons interpellé des pilotes et confisqué des quads et des motos. » Le maire n’hésite d’ailleurs pas à intervenir lui-même sur le terrain.


Renforts de police

Face à cette délinquance, des renforts de police ont été mis en place : « La police municipale compte aujourd’hui 14 agents, mais elle ne peut pas faire le boulot de la police nationale, indique le maire. Nous avons donc en ville un poste de police nationale, et nous avons obtenu des redéploiements d’effectifs afin d’accentuer cette présence le week-end. »

Rodolphe Thomas, maire (Modem) d’Hérouville-Saint-Clair, vice-président de Caen-la-Mer en charge de l’Emploi, la Formation et l’Insertion professionnelle et vice-président de la Région Normandie chargé de la Politique de la ville.

Hérouville Saint-Clair - Entretien - Rentrée scolaire, sécurité, grands chantiers, législatives 2022… Rodolphe Thomas, maire de la 2e ville du Calvados, fait le point sur les dossiers qui occupent sa rentrée.

Comment s’est passée cette rentrée scolaire 2021 ?

Les écoles hérouvillaises comptent aujourd’hui 1 800 élèves.

 

La rentrée n’a pas été simple à Montmorency avec la fermeture d’une classe à l’école élémentaire.

Nous avons toujours le projet de reconstruire cette école d’ici les trois prochaines années. Le bémol, c’est l’équipe pédagogique : il y a trop d’arrêts maladies depuis cinq à six ans. Ça crée une instabilité. Il faut que l’Éducation nationale prenne ses responsabilités. Cette école doit être attractive pour que les parents ne mettent pas leurs enfants ailleurs, notamment dans le privé.

 

Il y a un an, vous alertiez sur la progression de la délinquance à Hérouville. Où en est-on aujourd’hui ?

On essaie de ne rien lâcher. La situation est fragile avec une augmentation de la délinquance juvénile que l’on essaie d’enrayer. D’ici la fin de l’année, nous aurons installé 35 points de vidéoprotection sur une partie d’Hérouville. Nous avons quatorze policiers municipaux et nous prévoyons d’agrandir le poste de police municipale.

Rodolphe THOMAS, Maire d’Hérouville Saint-Clair et Vice-Président de la Région Normandie, salue l’initiative du Ministre de l’Intérieur, Christophe CASTANER, de mieux informer les maires des risques de radicalisation violente.
Mardi dernier, le Ministre de l’intérieur, Christophe CASTANER, a signé une circulaire envoyée à tous les Préfets visant à fixer une nouvelle doctrine en matière d’information des maires sur d’éventuelles menaces liées à des personnes radicalisées sur le territoire de leurs communes.
Grâce à cette circulaire, il sera possible de délivrer aux maires qui le souhaitent une information nominative confidentielle à l’initiative exclusive du Préfet, après la signature d’une charte de confidentialité, co-signée par le Maire, le Préfet et le Procureur de la République. L’autre nouveauté concerne l’obligation pour le Préfet de garantir au Maire un retour sur les signalements que celui-ci effectue, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Photo : Militants d'"En Marche" à Hérouville Saint-Clair • Crédits : Radio FrancePhoto : Militants d'"En Marche" à Hérouville Saint-Clair Crédits : Radio France

Dans le cadre de sa Caravane présidentielle, France Culture est ce matin à Hérouville-Saint-Clair, dans le Calvados. On peut y voir un laboratoire local du macronisme, voici pourquoi.

Qu'est-ce que le macronisme ? Vous avez tenté de le savoir à l'échelon local, et la ville d'Hérouville-Saint-Clair où vous vous trouvez est pour cela un poste d'observation idéal...

Oui dans cette vaste salle du conseil municipal où nous sommes, sur les murs on voit une exposition photo qui célèbre la diversité de la ville ; avec des portraits d'habitants, issus de 80 nationalités différentes. Il s'agit de mettre en valeur le vivre-ensemble. Mais dans la grande recomposition politique en cours, c'est une toute autre forme de diversité et de vivre-ensemble que doivent pratiquer les élus ralliés à Emmanuel Macron.

Le conseiller municipal d'opposition s'est rendu dans tous les quartiers de la ville, cet été. L'élu a relevé quelques demandes qu'il entend bien aborder prochainement avec la municipalité.

Rencontre

Jérôme Hommais, conseiller municipal d'opposition.

Jérôme Hommais n'a pas pris de vacances cet été. « J'en ai profité pour visiter à pied tous les quartiers de la ville de manière informelle et impromptue. C'est une manière de voir les choses autrement, de croiser les gens », indique l'intéressé avant d'aborder sa vision de l'urbanisme, de la sécurité ou de la solidarité. Il fait le point sur trois dossiers qu'il souhaite aborder cette année.

Photo : Hélène Mialon-Burgat, maire de Mondeville. Jérôme Hommais, élu d'opposition.

Hélène Mialon-Burgat, maire de Mondeville (PS)

Les taux sont inchangés, depuis 2002. Il était déjà très bas à l'époque par rapport aux autres communes de même taille. Pour ne pas toucher aux impôts, ni à notre enveloppe d'investissement d'environ cinq millions d'euros, nous avons fait un effort important sur le budget de fonctionnement.

Nous devons nous adapter à une baisse des dotations de l'État de deux millions d'euros, mais avec la volonté de ne pas toucher au service public. Nous avons procédé à des économies sur des lignes invisibles pour l'habitant. Nous avons renégocié des marchés publics pour les fournitures, par exemple. En tout, le budget de fonctionnement de la commune a été réduit de 2 %. J'entends souvent que c'est facile pour Mondeville de garder des taux d'imposition faible, mais c'est faux ! C'est le résultat d'un travail.