« J’ai 57 ans, j’ai été président du MoDem du Calvados pendant dix ans, c’était normal de laisser la place à un autre. » C’est par ces mots que Philippe Lailler a expliqué le passage de témoin qui s’est déroulé en interne, au MoDem, le 19 novembre.

Pharmacien, avec une activité de vente en ligne en plein développement, le quinquagénaire reconnaît en outre que « professionnellement, c’est très chargé pour moi ».

Nicolas Joyau, 34 ans, maire-adjoint au développement durable et au renouvellement urbain à Caen, était le seul candidat. Il est élu président pour les trois prochaines années.

« Membre du MoDem depuis 2008, élu local depuis seulement trois ans (municipales 2014), il sera entouré d’un bureau départemental et d’un conseil départemental, également renouvelés, indique le parti. Y figurent notamment Rodolphe Thomas (maire d’Hérouville-Saint-Clair, vice-président de Caen-la-Mer et de la Région Normandie), Erwann Bernet et Sylviane Lepoittevin (conseillers départementaux du canton d’Hérouville Colombelles), Rémi Bougault (maire-adjoint à Vierville-sur-Mer), Patrick Saint-Lo (conseiller municipal des Monts-d’Aunay), Sylvie Buechler (Lisieux)…»

La Ville d’Hérouville-Saint-Clair et le magasin Ikea signent la convention de partenariat, favorisant l’insertion des jeunes dans le monde économique. - Crédit Crédit photo : Ouest-France.

 Hérouville-Saint-ClairSous l’impulsion municipale, l’École de la deuxième chance (E2C) va bénéficier d’une convention avec Ikea. Le magasin accueillera des stagiaires en insertion professionnelle.

 Le projet

Lors d’une réunion protocolaire, plusieurs partenaires de l’insertion et de la formation professionnelle se sont réunis, lundi, afin de prendre l’engagement de contribuer à la réussite des projets de l’E2C (École de la deuxième chance).

Philippe Lailler, président du MoDem du Calvados, maire adjoint à Caen et soutien d'Emmanuel Macron

« Je pense que c'est une belle victoire. Les Français ont décidé d'élire un président jeune, qui souhaite réformer la France. Et la France a justement besoin d'être réformée. Il représente une force centrale émergente dont la France a besoin. Il faut maintenant lui donner une majorité à l'Assemblée nationale pour gouverner. Si le score du Front national est si haut, c'est justement parce que la France n'a pas été réformée sous Hollande et Sarkozy. Concernant les élections législatives, oui, je suis candidat dans la 1re circonscription de Caen. Mais je ne connaîtrai le résultat des investitures qu'en milieu de semaine. »

 Erwann Bernet, conseiller départemental du Calvados (MoDem) s'exprimait mardi 15 novembre 2016 durant le journal de la radio France bleu Basse-Normandie pour présenter la plateforme encyclopédique et d'aide aux devoirs du département pour les collégiens. Écoutez l'extrait :

Fichier mp3

 

 

 

 

 

Photo : « Avec les élèves, nous cherchions un ministre pouvant répondre sur l'égalité des chances, expliquent Patrice Lalevée et Thomas Dubosq, professeurs. François Bayrou était invité à « Des paroles et des actes ». Nous y sommes allés. » À la fin de l'émission, les élèves lui ont demandé s'il acceptait de les rencontrer à Paris. « Il a proposé de venir nous voir à Douvres ! »

L'ancien ministre a répondu, hier, aux questions des élèves sur l'égalité des chances scolaires. La rencontre était organisée dans le cadre des Journées de sciences humaines et sociales.


Reportage

11 h 45, mercredi. Dans l'auditorium du lycée cours Notre-Dame de Douvres-la-Délivrande, c'est l'effervescence. Élèves et professeurs discutent allègrement. Au centre, assis à une table avec micro, François Bayrou, ancien ministre de l'Éducation nationale (1993 à 1997), chef de file du MoDem et maire de Pau depuis 2014.

Politique. Le vice-président de la Région chargé de la Politique de la Ville, Rodolphe Thomas, a visité hier le quartier destiné à être réhabilité.

Hier, Rodolphe Thomas, le maire (MoDem) d’Hérouville-Saint-Clair (14) et vice-président de la Région en charge de la Politique de la ville et de la Cohésion sociale, a visité le quartier de Nétreville, destiné à être réhabilité. Un chantier lourd, qui devrait coûter près de 100 M€. L’élu a plaidé pour une approche pragmatique du dossier. « Traiter l’urbain, oui, mais la priorité, c’est de répondre aux publics les plus fragilisés. La politique de la ville doit déterminer les grandes stratégies sociales. »