Dans le cadre de la RGPP (Révision Générale de Politiques Publiques), le Ministère de la Santé, de la  jeunesse, des Sports et de la vie associative, arbitrairement et respectant une simple logique comptable, a annoncé la fermeture de l’INJEP (Institut de la jeunesse et de l’éducation populaire) et de la moitié des CREPS (centres d’éducation populaire et de sport)
En fermant l'INJEP, outil incontournable au service des politiques de jeunesse et des acteurs de la jeunesse et de l’éducation populaire depuis 1945, cette décision gouvernementale remet en cause l'avenir même du secteur associatif que l'établissement accompagnait :

  • par des actions de reconnaissance du secteur associatif dans sa diversité (1 million d'association)
  • par l'encouragement à l'activité bénévole, (13 millions de bénévoles)
  • par le soutien à l'emploi associatif (8% de l’emploi en France)