HandicapIntroduction :

Le handicap est un facteur de précarité. Mais l’inverse est possible aussi : la précarité est source de handicap.

 

La majorité des handicaps ne sont pas visibles.

 

 

Principes de bases :

A tous les types de handicaps, il y a des solutions.

Tous les aménagements réalisés en faveur des handicapés arrangent aussi les personnes valides.

 

Ville de Dijon :

  • Le tram est accessible pour les personnes handicapées sur une longueur de 20 km de ligne, avec des annonces sonores, des planchers ajustés, des écrans d’affichage ;
  • Des idées qui coutent peu appliquées par d’autres villes ont été reprises ;
  • Les logements conçus pour les handicapés ont une surface 10 % supérieure aux logements classiques, pour un coût supérieur de 7 000 € pour un neuf, et de 50 000 € pour modifier des logements déjà existants.
  • Les investissements sont réalisés et étalés sur une durée de 5 à 6 ans.
  • Situation aberrante : Au Zénith, les personnes invalides sont séparées de leur famille car elles sont mises à des places spéciales pour les handicapées situées à part de celles des valides.

Législation :

  • La loi de 2005 sur l’Accessibilité a eu pour conséquence de faire prendre en compte la réalité. Mais, le fait de rendre accessible aux personnes handicapées les bâtiments publics a été confronté au problème de son financement. D’un autre côté, il est interdit de modifier les monuments historiques.
  • Les lois fixent un cadre et doivent être appliquées. Mais, il y a le problème du financement.
  • Les lois sont trop nombreuses et souvent non appliquées.
  • Les lois faites sous la pression des lobbies sont inapplicables. Leur conséquence est qu’il y a des abus et les personnes initialement concernées sont pénalisées.

En entreprises :

  • Des entreprises préfèrent payer des taxes et être pénalisées que d’embaucher des personnes handicapées ;
  • Des entreprises ont la proportion de salariés handicapés de 1 % du total de leurs effectifs et payent la taxe mensuelle de 1 500 € par mois par salarié handicapé manquant.

Maisons Départementales des Personnes Handicapées :

  • Remplacement des Cotorep en 2006 avec la même fonction et l’objectif de corriger les problèmes ;
  • L’objectif était de créer un guichet unique pour toutes les prestations ;
  • Leur fonctionnement est différent selon les départements ;
  • Les services manquent de coordination entre eux ;
  • Il manque de l’argent pour les financer ;
  • Les délais de réponses sont très longs. Tout pendant qu’il n’y a pas de réponse donnée, la personne concernée ne sait pas quoi faire.

Conclusion :
L’action qui sera faite dépend du budget du Conseil Général et de celui alloué par l’Etat pour l’action locale ;
La prise en charge du handicap est une fonction régalienne de l’Etat via le principe de non-exclusion de ses citoyens. Mais celui-ci transfère cette compétence aux collectivités territoriales.