http://alex-dessinpresse.over-blog.com/                          EN FINIR AVEC
    LA FINANCIARISATION DE L'ECONOMIE....           

    L'INSEE a commencé la publication des comptes nationaux de l'année dernière.     Ceux-ci mettent en lumière une croissance très faible. Elle n'est positive que grâce à l'avance acquise en début d'année 2008. Espérons que les chiffres -pourtant forts négatifs (-3% du PIB)- annoncés pour l'année en cours par les Pouvoirs Publics ne se révèlent pas, comme trop souvent par le passé, optimistes !

    Ces comptes soulignent également des tendances préoccupantes . D'abord, la stagnation des salaires . Encore faut-il préciser tout de suite que les salaires des cadres dirigeants ont tendance à progresser sensiblement plus vite que la moyenne des salaires depuis quelques années . Eu égard au faible nombre de cette catégorie de salariés, cela met particulièrement en valeur les augmentations salariales dont elle a bénéficié ! On peut aisément comprendre une stagnation des salaires en période difficile pour l'entreprise, cependant les fortes augmentations versées aux cadres dirigeants en particulier dans des entreprises qui voient leurs résultats se contracter, ne sont guère compréhensibles...


    Et les revenus du capital ? Ceux-ci représentaient plus de 20% avant le 1er choc pétrolier (1973) pour diminuer ensuite avant de remonter depuis une dizaine d'années se stabilisant actuellement aux alentours de 25%. Depuis 2000, la masse des dividendes a doublé. Mais ce qui mérite d'être souligné, c'est que les entreprises versent toujours plus à leurs actionnaires au dépend des nécessaires investissements .
    Nous pouvons imaginer les raisons de telles pratiques : s'assurer le soutien des actionnaires, permettre un maintien des cours de bourse de l'entreprise.....
    C'est le règne du court terme, de l'immédiateté.     Malheureusement,la pérennité de l'entreprise exige la prise en compte également du long terme.
    Cette financiarisation de l'économie ne pose pas seulement problème en terme d'équité. C'est aussi une question grave pour la pérennité de nos entreprises.
                  

                     
    RESPECTER LES CITOYENS !


    Parmi les qualités que l'on peut reconnaître à Nicolas Sarkozy, c'est qu'il est un tribun habile. Qu'il sait aussi manœuvrer avec rapidité. Et enfin, qu'il  excelle à reprendre les propositions de ses concurrents politiques avec un aplomb rare !
    Mais quelle est sa vision, son grand projet pour la France ? Quel est le cap présidentiel ? Y en a-t-il un seulement ?

    C'est ainsi par exemple que Nicolas Sarkozy le libéral, le président du pouvoir d'achat et de la valeur Travail, le dégraisseur de mammouths (qui ont pour nom l'Hôpital, la Justice...), le dénonciateur des 35 heures, le protecteur des plus gros contribuables, le dérégulateur de notre agriculture, sans parler de la promotion  des “prêts hypothécaires” durant sa campagne présidentielle..... ne cesse de nous surprendre ! En effet, lorsqu'on l'écoute, par exemple au siège de l'Organisation Internationale du Travail, le voilà devenu un chantre du socialisme.....

    Prenons précisément un dossier important : l'Europe. Nicolas Sarkozy affiche volontiers son bilan comme président du Conseil européen sans cacher sa satisfaction. Il s'est effectivement montré ( efficacement?) volontariste notamment sur la réaction nécessaire face à la “bulle financière”.... Pourtant, à regarder les choses de près, aucune avancée sérieuse sur les dossiers prioritaires de sa présidence européenne ne peut être enregistrée. Il a laissé de côté le dossier social au motif que celui-ci relevait des Etats-membres. Il soutient Monsieur Baroso pour la présidence de la Commission européenne alors que celui-ci, ultra libéral, n'a aucunement assumé jusqu'ici son rôle de Président de la Commission, à savoir être le défenseur intransigeant des intérêts de l'Union Européenne. Se rapprocha-t-il d'Angela Merkel pendant la campagne européenne sur la nécessité d'adopter dès cette année le Traité de Lisbonne ? Et, sitôt le vote du 7 juin passé, il lance l'idée d'un grand emprunt national sans aucune coopération, bien entendu, avec nos partenaires européens !  
    
    Bien sûr, tout n'est pas négatif dans le bilan de mi-mandat de Nicolas Sarkozy. Ainsi, le projet récent -qui reprend d'ailleurs celui de François Bayrou- d'alléger le mille-feuille de nos collectivités territoriales va dans le bon sens.

    Il va vite, très vite... Tellement que l'on oublie parfois, dès le lendemain, ses discours et ses projets de réforme. Et même les inévitables contradictions. Mais l'habileté du discours et de la manoeuvre politique, soulignée par une communication permanente, ne suffit pas à construire un bilan !
          
                    *******
       SARKOZY L'AFRICAIN

    Le 26 juillet 2007 le président Sarkozy a commis un discours à l'Université de Dakar, ville capitale du Sénégal.
    Alors que, de ce discours, on a retenu en France que les passages sur l'homme Africain ”englué dans l'éternel recommencement du temps et qui n'arrive pas à s'élancer vers l'avenir” et “entrer dans l'Histoire”, ce sont les qualificatifs de “nul”, “inculte”, “stupide”, “blessant”, “paternaliste” qui reviennent sous la plume d'intellectuels africains francophones qui réagirent collectivement dans un livre intitulé “ L'Afrique répond à Sarkozy”.
    Ce livre révèle d'ailleurs qu'une phrase du discours imprimé n'a pas été reprise par Sarkozy: ” Ce sont des africains qui ont vendu aux négriers d'autres africains”.
    L'Université de Dakar n'est pas un lieu quelconque en Afrique. Elle porte le nom d'un scientifique et penseur africain qui y a enseigné et est devenu un mythe pour tous : Cheikh Anta Diop (1923-1986) . Diop soutenait que l'Afrique était au XII et XIII èmes siècles plus développée techniquement et politiquement que l'Europe. Il présentait même l'Afrique comme le “centre du Monde” et que l'Egypte des Pharaons était une société africaine “noire”.
    Dès lors on comprend que les contributeurs du livre aient voulu rappeler et s'étonner qu'aucune mention n'ait été faite dans le discours du professeur DIOP.
    Avec les déclarations du président Sarkozy sur les responsables de l'Arche de Noé, qu'il allait ramener en France “quoiqu'ils aient fait” et ses variations sur la Francafrique, c'est tout un capital intellectuel et moral de la France qui a été mis en péril en s'adressant à l'élite africaine francophone.
    Seul chef d'Etat occidental de premier rang présent aux obsèques du président Bongo avec Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy a été hué et la France, une fois de plus, priée de dégager du continent noir. Les Chinois ont de beaux jours devant eux pour s'implanter en Afrique.
    
                  ********

    DEFENSE ET ILLUSTRATION DE L'INFORMATION


    Tout le monde reconnaît la nécessité d'une information exigeante des citoyens dans une démocratie digne de ce nom. Or que constate-t-on en matière d'information dans notre pays ? Le règne de l'immédiateté, de la communication , de l'émotion, de la docilité pour ne pas dire de la complaisance.....  Finies les enquêtes approfondies, finies les analyses et autres commentaires mais du sensationnel avec une place toujours plus grande pour le spectaculaire, pour le “people” : les journaux qui traitent justement du “people” sont ceux qui voient la meilleure progression de leurs ventes . Ces derniers bénéficient d'ailleurs tout autant que les journaux nationaux d'information des aides de l'Etat. La presse d'information voit ses tirages fort réduits dans notre pays et le temps consacré à l'information à la télévision suit la même tendance. Certains journaux télévisés quant à eux s'assimilent aux quotidiens régionaux des plus caricaturaux ! Passons sur les fausses interviews ou les mises en scène douteuses (par exemple, celles ayant été réalisées à l'occasion des récents incendies de forêts). Celles-ci même relevées ne font guère de vagues et n'entraînent pas plus de remises en cause.
    A cela s'ajoute, en France, la domination d'une partie importante de la presse par quelques grands groupes industriels, par ailleurs souvent clients importants de l'Etat ! Bien entendu, personne n'ignore les excellentes relations amicales entretenues par nombre de dirigeants de ces mêmes groupes avec Nicolas Sarkozy qui s'est par ailleurs octroyé le pouvoir de nomination et de révocation des dirigeants des grands groupes audiovisuels publics. Cette prérogative, insuffisamment “partagée”, doit être évidemment réformée !
    Et pourtant, nous aurions tellement besoin d'une presse exigeante, indépendante qui éclaire les citoyens.

                       ********

        LIBERTE EGALITE FRATERNITE

    Le saviez-vous ?
    Le bouclier fiscal mis en place en 2007 a permis aux mille plus gros contribuables français de recevoir de l'Etat (de nous !) cette année un chèque moyen de 350.000 € . Nicolas Sarkozy a dû penser qu'en s'abstenant de solliciter un plus grand effort de solidarité auprès des plus aisés, cela permettrait de sortir plus rapidement de la crise.     
 
 
 
 
            **********************

Le Club France-Forum 14 est proche du MoDem et de son président, François Bayrou. Il n'en reste pas moins un espace d'écoute et d'échanges attaché aux vertus de l'humanisme, du pluralisme.
    Président du Club France-Forum 14 :   Pierre Michel
    Délégué départemental :  Christian Nelle
    siège social : 8 rue Antoine Galland à Caen ( 14000 )

Adhésion au club France-Forum 14 : 15 euros (limitée à 5 € pour les étudiants et personnes en recherche d'emploi).