Samedi 2 avril, France 3 Normandie proposait de donner la parole aux jeunes militants dans son émission La voix est libre.

Les Jeunes Démocrates de Normandie s'étonnent de l'absence de centristes sur le plateau. Force politique incontournable en Normandie, le centre compte de nombreux élus et militants. Seul véritable défenseur de la construction européenne, portant une vision humaniste de la société, le centre défend une vision pragmatique sur la loi travail, loin des amalgames et clichés véhiculés par les extrêmes présents sur le plateau. D'un côté, le MJS et le front de gauche, souhaitant ne travailler que 32 heures (sic). De l'autre le FN attaquant l'Europe sur ce sujet pourtant national (re-sic).

 

Alors que le chômage ne cesse d'augmenter et qu'il touche les jeunes en priorité, le conservatisme de ces partis sur la question de l'emploi est sidérant. Le premier employeur en France sont les TPE et PME. C'est avec ces acteurs économiques et en les accompagnant que l'on pourra combattre le chômage de masse.

S'il ne fallait citer qu'une seule réforme, ce serait la possibilité pour chaque entreprise d'employer une personne supplémentaire sans charge (comme le proposait Bayrou en 2012). La loi travail, dans sa première version, donnait plus de pouvoir aux négociations directes entre employés et employeurs. Nous regrettons l’abandon de cette idée car les jeunes aujourd'hui sont les premiers à demander plus de liberté pour travailler et à ne pas se reconnaître dans les confrontations dogmatiques et partisanes.

Pour paraphraser le MJS qui déclare que « le travail c'est comme un gâteau ça se partage », nous, jeunes démocrates, nous préférons penser qu'au lieu de séparer un seul gâteau en une multitude de petites parts, il faut multiplier le nombre de gâteaux que chacun mange à sa faim.

Les Jeunes Démocrates de Normandie.