Rodolphe ThomasRodolphe Thomas se présentera devant les Hérouvillais avec une liste renouvelée à 40%.

« Je souhaite continuer à défendre les Hérouvillais »

Maire depuis 2001, Rodolphe Thomas (MoDem) est candidat à un troisième mandat. Dans son programme, il n'oublie pas de se rappeler au bon souvenir de Caen-la-Mer.


Ce n'était plus un secret depuis l'automne et quelques sous-entendus, mais il ne s'était pas encore exprimé officiellement sur le sujet. C'est fait depuis hier. Élu en 2001, le maire sortant MoDem, Rodolphe Thomas, est candidat à un troisième mandat. À cinq semaines du premier tour, son local de la Grande-Cavée est à peine aménagé et sonne encore un peu creux. Même s'il assure que « rien n'est acquis », le maire ne semble pourtant pas encore vraiment en campagne.

« Avec une équipe renouvelée à 40 % », sur laquelle pourraient apparaître des personnes de sensibilité de gauche, Rodolphe Thomas se dit « toujours aussi passionné par l'aventure humaine et collective vécue depuis plus de dix ans auprès des Hérouvillais que je souhaite continuer à défendre ».

Dans les semaines qui viennent, il présentera ses objectifs rassemblés autour de trois thèmes principaux. L'emploi et la formation constitueront le premier d'entre eux: « Nous amplifierons les chantiers d'insertion pour les jeunes comme pour les adultes, et nous apporterons une attention particulière à l'insertion des femmes. »

Impôts et Caen-la-Mer

Après presque dix ans de rénovation urbaine, Rodolphe Thomas entend « accentuer la rénovation du patrimoine public et privé pour lutter contre la fracture énergétique ». Enfin, concernant la sécurité, il refuse « de baisser les bras en accentuant les efforts sur la prévention et l'insertion ».

Si les Hérouvillais lui confient à nouveau les rênes de la mairie, Rodolphe Thomas lancera « un grand projet culturel » sur le site de l'actuel lycée Rabelais. « Le cinéma, la danse et la musique seront au coeur de ce nouvel outil municipal. »

Une campagne électorale serait incomplète sans quelques échanges d'amabilités entre Hérouville et Caen-la-Mer. C'est Rodolphe Thomas qui dégaine le premier en refusant d'être qualifié d'«élu isolé à l'agglomération ». Il explique ses prises de position sur la fiscalité par « le souci de protéger les Hérouvillais », et il se fait insistant quand il prévient: « Dans les semaines qui suivront les élections, Philippe Duron annoncera, s'il est réélu, une augmentation de l'impôt communautaire. »

Visiblement prêt à en découdre sur le sujet, le maire d'Hérouville met en garde les maires de l'agglo « qui n'ont pas bien mesuré les conséquences des choix de Caen-la-Mer ». La campagne électorale traversera sûrement plusieurs fois le périph'dans les deux sens d'ici fin mars...

 

Sébastien BRÊTEAU.

Journal Ouest-France du samedi 15 février 2014
Edition : Caen