Avec une subvention de 1 million d'euros allouée à la deuxième édition du festival Normandie Impressionniste, la Basse-Normandie est un des premiers partenaires financiers du Groupement d’intérêt public mis en place à cette occasion.

Sans remettre en cause cet événement culturel d’envergure, il est toutefois permis de s’interroger sur ce budget conséquent versé par notre Région qui représente à lui seul l’intégralité de son budget consacré à l’action sociale et à la santé pour une année.

Nous savons que la culture a un coût mais il faut bien reconnaître que les sommes engagées par les collectivités territoriales, soit plus de 5 millions, apparaissent en décalage complet avec la réalité sociale et économique de notre pays.

Au moment où notre Région souffre cruellement de la destruction de son tissu d’emplois, n'aurait-il pas été plus opportun de consacrer une partie de cette somme pour combattre le chômage ?

L’inauguration qui a eu lieu à Rouen dimanche dernier a été l’occasion de mettre en lumière Laurent Fabius, Pierre Bergé et la Haute-Normandie…
Est-ce que demain ce très lourd investissement culturel permettra à notre Région bas-normande de rayonner un peu plus à l’échelle nationale et internationale ?

Pour finir, il faut espérer que ce million consacré à ce seul événement ne remettra pas en cause le financement des petites actions culturelles plus accessibles au grand public. Nous regrettons d’ailleurs que les principales expositions du festival Normandie impressionniste soient payantes pour les Bas-Normands alors que c’est une partie de leurs impôts qui les financent.

Philippe LAILLER