Antennes relais ecole pigaciere à CaenSensible aux éventuels effets sanitaires des ondes électromagnétiques utilisées en téléphonie mobile, la Ville d’HEROUVILLE SAINT-CLAIR applique en la matière depuis plusieurs mois le principe de précaution.
En supprimant l'ensemble des équipements WiFi installés dans ses écoles, et en adoptant, lors du Conseil municipal de novembre 2012, un moratoire sur toute nouvelle implantation d’antennes-relais, HEROUVILLE SAINT-CLAIR affiche clairement son engagement.

La proposition de loi courageuse déposée par la députée écologiste Laurence ABEILLE qui devait être examinée par l'Assemblée nationale jeudi 31 janvier avait suscité beaucoup d’espoir pour les collectivités et les citoyens qui se sentent de plus en plus désarmés face au lobbying des opérateurs téléphoniques.



Des actions concrètes étaient annoncées parmi lesquelles :


  • La création d’un nouveau chapitre au sein du code de l'environnement, consacré à la prévention des risques pour la santé et l'environnement résultant de l'exposition aux ondes électromagnétiques.
  • L’introduction d’un nouvel article dans le code de l'urbanisme pour restreindre l'implantation des antennes-relais, en imposant notamment la délivrance d'un permis de construire.
  • Une étude d'impact sur la santé humaine et sur l'environnement, lors du développement de toute nouvelle application technologique émettant des rayonnements électromagnétiques, serait exigée et le wifi devrait être encadré de manière plus stricte
  • L'indication du niveau d'émission de champs électromagnétiques sur tous les émetteurs, afin d'informer la population sur l'accumulation d'ondes de toute nature provenant d'appareils de la vie courante
  • La création d’'un réseau unique de téléphonie mobile, géré par une autorité qui se voit confier l'implantation et l'entretien des antennes-relais, les opérateurs s'honorant d'un droit d'utilisation.


Malheureusement nous venons d’apprendre que les députés socialistes ont voté une motion de renvoi de cette proposition de loi en commission des affaires économiques, une procédure qui équivaut à un enterrement de première classe !

Il n'y aura ni loi, ni même débat sur les ondes électromagnétiques à l’Assemblée Nationale.
Ce camouflet pour le groupe EEVL, me laisse interrogatif sur le rôle des élus verts dans la majorité parlementaire. Jusqu'à quand serviront-ils « d’alibis » ou « d’idiots utiles » au Président HOLLANDE ?

L’organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment qualifié les ondes électromagnétiques de "peut-être cancérigènes" pour l’être humain, le rapport BioInitiative 2012 compile plus de 1 800 études internationales et évoque clairement les problèmes de santé, sur quoi se base alors la ministre déléguée à l'économie numérique, Fleur Pellerin quand elle parle de "peurs irrationnelles" en estimant que la nocivité des ondes "n'est pas scientifiquement étayée" ?
J’estime ici que le gouvernement a cédé face à des lobbies puissants et qu’il s’agit là d’un manque de courage politique afin de traiter en urgence un dossier pourtant essentiel en terme de santé publique.

Rappelons que comme sur le récent dossier de la pilule Diane 35, les enjeux économiques liés aux ondes magnétiques sont peut être immenses, mais que les risques sanitaires pourraient l’être aussi.


Rodolphe THOMAS
Maire d’Hérouville Saint-Clair
Conseiller général du calvados