Aujourd’hui, la question de l’arrêt de la construction de l’EPR de Flamanville apparaît comme un point de discorde au cœur des négociations entre Europe Ecologie, Les Verts et le Parti Socialiste. Cependant, dans notre Région qui est la plus concernée, les écologistes siègent avec leurs amis du PS au sein de la majorité.

Alors qu’Eva Joly, candidate EE-LV à la présidentielle, affirme de nouveau son souhait de voir les travaux de l’EPR s’arrêter, les membres de son parti en Basse Normandie semblent faire la sourde oreille.
Ces derniers devraient pourtant être les plus actifs et virulents sur ce dossier qui touche directement notre région. Cependant, ils préfèrent continuer à travailler main dans la main avec des socialistes qui ont des idées totalement opposées aux leurs.

Eva Joly a affirmé ce dimanche qu’elle n’était pas prête à brader ses idées pour « quelques dizaines de circonscriptions ».

Brader leurs idées, c’est justement ce que font les élus écologistes bas normands qui, contrairement à nos voisins bretons, dès les élections régionales ont préféré s’allier aux socialistes pour obtenir les places de vice-présidents et les indemnités qui en découlent.

Chez les verts de notre région, les convictions semblent biodégradables…

Après le désaccord sur la Ligne Nouvelle Paris Normandie, l’avenir de l’EPR est un nouveau sujet de discorde dans une majorité régionale qui semble désunie.

L’abandon de EPR étant non négociable pour les écologistes et le PS affirmant qu’il ne cèdera pas sur ce point, le Modem du Calvados demande aux élus régionaux d’EE-LV, s’ils ont foi en leurs convictions, de quitter la majorité.

Philippe Lailler

Président du Modem 14