La chorale Au Clair de la rue, composée d'anciens SDF et de bénévoles, a chanté en ouverture d'une rencontre sur la crise et la pauvreté. La chorale Au Clair de la rue, invitée par la députée MoDem Sylvie Goulard, a chanté en ouverture d'une rencontre sur la crise et la pauvreté.

 

Yannick, le bénévole au grand coeur, verse une larme, hier en début d'après-midi. Au Clair de la rue, la chorale composée d'anciens SDF et de personnes vulnérables vient de chanter devant le Parlement européen à Bruxelles. Deux chansons, Emmenez-moi et L'auvergnat, en ouverture d'une rencontre sur la crise et la pauvreté.

Venus de Nantes, ils ont roulé en car toute la nuit. La galère, ils con-naissent. C'est leur parcours. Leur carrière presque. Serge, dit le Gaulois, une épaisse moustache, une carrure de colosse, une jambe raide, le visage creusé, a vécu six ans sous un arbre. Jojo a été dix ans sur le pavé. Jean-Michel, pendant quinze ans, a dormi dans les boxes des chevaux à l'hippodrome de Nantes.

Bousculer la machine

Il y a aussi Robert et Catherine, le couple aux regards si timides, la tête si souvent dans les étoiles, habitués des séjours en hôpital psychiatrique. Et les autres. Tous vivotent aujourd'hui dans une petite piaule ou en foyer-logements et font partie d'Au clair de la rue. La chorale a été créée en 2007, par Yannick et Serge, pour chanter L'auvergnat aux enterrements des 'morts de la rue'.

Sylvie Goulard, députée européenne MoDem, les a rencontrés à Nantes et leur a proposé de venir à Bruxelles. « Pour ne pas parler de la pauvreté de manière artificielle, il fallait qu'ils viennent ici. » Pas simple à organiser. Il a fallu un peu bousculer la machine européenne. Hier encore, quelques regards surpris en disaient long devant ces visages cassés, marqués, si discordants dans le décor soyeux des palais de la démocratie européenne. Mais parlementaires ou représentants de la société civile ont applaudi chaleureusement les choristes. Des choristes, redevenus ensuite citoyens européens, casque sur les oreilles et écoutant attentivement les intervenants parler de pauvreté. « Ils ont souvent dit des choses justes, commente Jacquotte. Maintenant il faut mettre en pratique. »

En Europe, sur 500 millions d'habitants, on estime à 80 millions ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté.