Les centristes sont les eurodéputés français les plus actifs. Les écologistes et les membres de la gauche radicale arrivent juste après.

La France, comme tous les pays d'Europe, s'apprête à élire ses eurodéputés. L'occasion de faire le bilan des sortants en matière de participation aux votes, mais aussi de rapports et déclarations. Pour ce faire, nous avons eu recours aux données de VoteWatch, une ONG qui travaille à établir une comptabilité du travail des parlementaires européens.

 
Méthodologie

Nous nous sommes intéressés non à chaque parlementaire européen, mais à chaque groupe politique. Il en existe sept principaux, dont un n'accueille qu'un seul eurodéputé français.

Nous nous sommes concentrés sur les six principaux : ALDE (Alliance des libéraux et démocrates pour l'Europe, où siègent les eurodéputés MoDem), Greens/EFA (Verts européens, où siègent les eurodéputés EELV), GUE-NGL (Gauche unitaire européenne, où siègent les eurodéputés Front de gauche et communistes), S&D (Socialistes et démocrates, où siègent les europarlementaires PS), PPE (Parti populaire européen, majoritaire, où siègent les eurodéputés UMP et UDI), et enfin NI (non inscrits, où siègent les parlementaires FN). Nous avons regardé, au sein de chacun de ces groupes, le comportement des eurodéputés français uniquement.

> Voir l'infographie du Monde