Week-end de réflexion à La Roche-Sur-Yon pour les Jeunes démocrates (MoDem) du Grand Ouest. Pour cette première convention interrégionale (Bretagne, Pays de la Loire et Normandie) une vingtaine d'adhérents du mouvement débattent sur le thème de la mobilité.

Avec notamment Bernard Fourage, patron du cabinet d'études ESG Infra, spécialisé dans l'aménagement du territoire, hier ils ont abordé un projet de transport Inter modalité rail/air et ligne à grande vitesse du Sud-Loire. Ce projet mettrait La Roche-sur-Yon à 1h50 de Paris par TGV et à 50 minutes environ des aéroports de Nantes-Atlantique et Angers-Marcé. Une alternative possible à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique. "Comme nos aînés, on n'est pas d'accord avec ce projet d'implantation", soulignent les jeunes démocrates.
Bernard Fourrage, consultant transport, vivant à Nort-sur-Erdre, en Loire-Atlantique, pense qu'il est possible de "mieux utiliser" le site de Nantes-Atlantique. "En aménageant l'aérogare Est, on porterait sa capacité à 10 millions de passagers. Avec une aérogare Ouest on pourrait monter à 16 millions, ce qui représente quatre fois plus que le trafic estimé à 2050. Faire l'économie de cet aéroport permettrait justement de financer une ligne à grande vitesse pour irriguer la région des Pays de la Loire On aurait accès plus facilement aux trois aéroports de l'Ouest : Nantes, Angers, Rennes.
Et selon son concepteur, cette étude tient compte du Grenelle de l'environnement.