C'est à Ouistreham, où ses parents Jean-Louis et Liliane Blanchet, ont dirigé le casino pendant vingt ans, que Christophe Blanchet a présenté sa candidature jeudi 21 juillet.

« Oui, c'est tôt. Mais ça nous laisse le temps d'apprendre et d'expliquer aux gens mes idées et le rôle d'un député ». Un peu moins d'un an avant les élections législatives des 11 et 18 juin 2017, Christophe Blanchet est déjà sur le terrain.

A 43 ans, en couple et père de deux enfants, il est maire adjoint de Merville-Franceville et commerçant à Caen (bars, hôtels, restaurants). Il se présente dans la 4e circonscription du Calvados (cantons de Cabourg, Deauville-Trouville, Dozulé, Honfleur, Ouistreham et Pont-l'Evêque).

Ce n'est pas une surprise : son parti, le Mouvement démocrate (MoDem) a très tôt annoncé son entrée en lice (Ouest-France du 11 juin). Mais la confiance des électeurs, il entend la gagner en battant le fer tant qu'il est chaud. « Nous allons à leur rencontre dès maintenant. »

D'ici quelques jours, 10 000 premiers tracts électoraux auront été distribués. Les réseaux sociaux sont activés, un numéro de portable permet même de joindre l'équipe de campagne.

Sur le tract, Christophe Blanchet se présente comme « candidat de la droite et du centre ». De quoi faire tousser sur ses terres l'actuelle députée Nicole Ameline (Les Républicains) candidate à sa propre succession ? « Tant mieux ! Je n'ai pas besoin de la politique pour vivre, je veux être disponible et utile. J'ai mis mes quatre établissements caennais en location-gérance pour me consacrer pleinement à cette élection, explique celui qui revendique être de ceux et celles qui en ont ras le bol des inégalités, des privilèges, de la dévalorisation du travail, de voir 6 millions de Français survivre avec un Smic dont nombre d'élus ne connaissent pas le montant ».

 

Pascal SIMON.

Journal Ouest-France du vendredi 22 juillet 2016
Edition : Caen - Rubriques : Ouistreham