Zénith CaenOui, répond Philippe Lailler (MoDem) qui soutient que la procédure de mise en concurrence pour la gestion de la salle caennaise n’a pas été respectée. Non, selon Gilles Déterville, président de la Société d’Économie Mixte et adjoint au maire qui insiste sur l’efficacité de la structure en place.
C’est manifestement une question politique, je ne souhaite donc faire aucun commentaire.” Le directeur du Zénith, Serge Langeois reste en retrait, suite à la polémique lancée la semaine dernière par Philippe Lailler (MoDem), engagé dans la course aux municipales. La salle vient de fêter ses 20 ans et dans un contexte économique difficile, le président de la Société d’Economie Mixte qui gère le Zénith, Gilles Déterville (adjoint au maire de Caen) ne tarit pas d’éloges sur les résultats enregistrés cette année encore.

“Nous nous situons parmi les 4 meilleurs Zéniths en France. Et la Ville profite bien de ces résultats : le Zénith rapporte chaque année à la Ville un montant minimum de 211.873  €.”
En 20 ans, c’est la première fois qu’un recours gracieux est engagé, contre une décision du maire de Caen du 4 juin dernier, liée à la mise à disposition du bâtiment à la Société d’Économie Mixte pour 4 ans. Et Philippe Lailler insiste : “Si le maire ne décide pas avant ce vendredi de revenir sur cette décision, j’irai plus loin, au tribunal administratif… Pour faire respecter la loi !” Selon Philippe Lailler, le maire de Caen, Philippe Duron : “ne s’est pas bien comporté.” La convention avec la SEM arrivant à échéance , “Il aurait dû lancer une procédure de mise en concurrence.” Gilles Déterville soutient quant à lui : “La SEM donne entière satisfaction, de plus la mise en concurrence intervient lorsqu’il s’agit de mission de service public, en ce qui concerne le Zénith, cette notion est plus que discutable. La convention devant être renouvelée rapidement et le Zénith étant partie prenante dans l’organisation des Jeux Équestres Mondiaux, il nous est apparu évident de conforter au plus vite les missions de la SEM”

Mises en garde

Selon Philippe Lailler pourtant, le CNV* (Centre National de la Chanson, des Variétés et du Jazz) qui pour le ministère de la Culture est chargé de vérifier que le cahier des charges est bien respecté, aurait par deux fois écrit au maire pour le mettre en garde “sur le fait qu’il n’a pas procédé à la mise en concurrence.” Gilles Déterville ne nie pas les courriers : “Mais il s’agissait de préconisations liées au fait que la convention devait être renouvelée en aucun cas le CNV ne nous a menacé.” Et donc selon ce dernier : “Le label Zénith qui est octroyé par le ministère de la Culture ne nous sera pas retiré.

Que dit le CNV ?

Le Centre National de la Chanson, des Variétés et du Jazz est chargé de vérifier que le cahier des charges pour l’obtention du label Zénith (octroyé par le ministère de la culture) est bien respecté. Jean-François Paux, en charge des salles explique : “Nous avons bien envoyé au maire deux courriers indiquant que nous préconisons la mise en concurrence qui nous paraît plus saine. Nous aurions préféré que le maire  signe avec la SEM pour un an ou deux au lieu de 4 ans. Mais selon nous, d’ici trois ans, la mairie lancera une procédure de mise en concurrence.” Paris ne devrait donc pas intervenir ? “Je ne pense pas non, le Zénith de Caen (NDLR ils sont 17 en France) marche bien et l’équipe en place (7 salariés) est reconnue pour son travail.”Aucun précédent enregistré d’ailleurs. “Marseille avait demandé le label pour son Dôme et on lui a refusé car le cahier des charges n’était pas respecté. Mais nous étions là dans un processus de création.” Le Zénith, lui vient de souffler ses 20 bougies !