Vallée Barrey Mondeville avec Jérôme HommaisJérôme Hommais (au premier plan), ici entouré de commerçants de la Vallée-Barrey, a envoyé une lettre ouverte à Hélène Mialon-Burgat. > Agrandir l'image

La polémique

Animateur de l'association « Mondeville demain », qui suit avec attention les décisions et les projets du maire Hélène Mialon-Burgat, Jérôme Hommais s'est associé à la quinzaine de commerçants de la Zac Vallée-Barrey qui s'inquiètent au sujet de leur transfert vers le futur Mondeville 1 (ancien centre commercial Supermonde) à l'horizon 2013 : « Il y a longtemps que nous n'avons pas eu de nouvelles du promoteur. Quant à la mairie, c'est le silence », dénoncent les responsables des magasins Fly, Fabio Lucci, Dorama, Multilots, Ligne Rotin, Mondial Tissus, Interior's, Cuisine Concept ou Cash Converters...



Dans cette surface commerciale de 36 000 m2, il est prévu, entre autres, dix-huit cases pour l'équipement de la maison, et six pour l'équipement de la personne. Des enseignes présentes à la Vallée-Barrey étaient d'ailleurs déjà citées dans l'enquête publique. En échange, la Zac de la Vallée-Barrey serait reconvertie en zone d'habitat social et de commerces de proximité.

« Il ne resterait que 2 ou 3 cases »

« C'est vrai, reconnaît Carole Masson, du magasin Fly. Un promoteur est venu nous démarcher il y a deux ans, en nous disant qu'on nous réserverait des emplacements à des loyers intéressants. » Quant à la mairie, « on n'a jamais entendu parler du projet de transfert de sa part », poursuit Karen Lust, de Dorama, qui croit savoir que « Carrefour a préféré prendre des enseignes pas encore présentes sur Caen ». D'après elle, « il ne resterait déjà plus que deux ou trois places disponibles. Et à des tarifs exorbitants. »

Les commerces implantés à la Vallée-Barrey représentent une petite centaine d'emplois. « Vont-ils attendre qu'on parte de nous-mêmes ou qu'on disparaisse », s'inquiètent les commerçants dont certains avaient eu l'opportunité de rejoindre le centre commercial Cora de Rots. « J'ai préféré rester à Mondeville en espérant un transfert, explique Carole Masson. J'espère ne pas avoir à le regretter. »

Parmi les responsables de magasins, certains se demandent si la mairie a bien eu toutes les cartes en mains. « Carrefour Property Development s'est peut-être appuyé sur ce projet de transfert pour obtenir l'accord de la commission d'aménagement commercial. Une fois le feu vert obtenu, nous serions passés au second plan, d'où le silence. »

Solidaire de l'impatience des commerçants, Jérôme Hommais a envoyé une lettre ouverte à Hélène Mialon-Burgat. Il dénonce « un cafouillage dans ce qui semble être la prochaine étape du réaménagement urbain ». Pour lui, « le maire ne maîtrise pas les opérations qu'elle a initiées ».

Avec la taxation des enseignes publicitaires, voilà un autre dossier qui pourrait agiter Mondeville et ses nombreuses zones commerciales dans les mois à venir.

Sébastien BRÊTEAU.


Journal Ouest-France du samedi 19 novembre 2011
Edition : Caen - Rubriques : Mondeville


Lettre envoyée au maire de Mondeville :

Lettre envoyée au maire de Mondeville