Défi Elan« On fait participer les entreprises bien sûr mais une partie de ces travaux a aussi été attribuée à des personnes en réinsertion, à travers l'entreprise Défi Elan, explique Rodolphe Thomas, maire. Créé il y a 17 ans, le chantier d'insertion emploie en permanence 24 personnes.

« Il y a 24 places permanentes, confirme Daniel Hébert, responsable de la structure. Principalement des hommes même si nous avons actuellement deux femmes. » Les personnes restent de six mois à deux ans en moyenne. « Il y a sept places réservées pour des jeunes de moins de 25 ans, le reste pour des adultes. On constate depuis quelque temps que les personnes de plus de 50 ans sont de plus en plus nombreuses. »

Défi Elan s'est spécialisé au fil du temps dans les métiers du bâtiment : peinture, revêtement de sol, papier peint... « On travaille bien sûr pour les collectivités locales comme la Ville d'Hérouville mais aussi les sociétés d'économie mixte, les maisons de retraites ou encore le rectorat récemment. » Après une année difficile, liée à la crise économique, les chantiers reviennent à nouveau. « Il a fallu faire autre chose pendant ces derniers mois : du déménagement ou du réaménagement par exemple. Mais c'est aussi intéressant pour nos employés d'envisager l'ensemble de la question d'un chantier. »