À Dunkerque (Nord), le projet du quartier du Grand Large dessiné  par l'agence Agence Nicolas Michelin & associés, qui doit compter à  terme entre 800 et 1 000 logements entre la mer et le centre-ville, fait  rêver Hérouville-Saint-Clair.À Dunkerque (Nord), le projet du quartier du Grand Large dessiné par l'agence Agence Nicolas Michelin & associés, qui doit compter à terme entre 800 et 1 000 logements entre la mer et le centre-ville, fait rêver Hérouville-Saint-Clair.

« Hérouville à la conquête à l'Est : de la ville nouvelle à la ville fluviale. » Les dernières opérations du grand chantier de rénovation urbaine, lancé en 2005, sont en cours de finalisation. Mais, dès à présent, le maire MoDem Rodolphe Thomas se projette dans « vingt à trente ans. Nous devons encore une fois transformer la ville. Une emprise foncière, importante, n'est pas suffisamment exploitée, notamment de l'autre côté du canal ».

Quid du lycée Rabelais hôtelier en 2014, quand il sera transféré à Ifs ? Du gymnase de l'ASPTT ? Des friches industrielles hérouvillaises ? « Est-ce que, demain, le terminal du tramway devra rester tel quel ? » Le maire imagine la reconversion de la presqu'île, la « reconquête » des berges du canal, la « reconnexion » du bourg et de Montmorency, la « poursuite » du centre-ville. Et envisage d'autres logements et activités tertiaires. Des idées sont calquées sur des plans et sur des clichés vus du ciel. « Ceci n'est pas figé, gravé dans le marbre », insiste-il, lundi soir au conseil municipal, en présentant la délibération intitulée « Schéma stratégique de développement urbain ».

Concernant la Presqu'île, vaste territoire, le but de Rodolphe Thomas est, assure-t-il, de « donner du sens à l'activité de l'agglomération Caen-la-Mer. On a un atout extraordinaire qui est le canal. On ne peut pas s'arrêter aujourd'hui et demain à la Presqu'île de Caen ». En juillet, lors du conseil de l'agglomération Caen-la-Mer, un amendement avait été adopté, prévoyant que « l'urbanisation au-delà du viaduc de Calix pourra se réaliser au fur et à mesure de la migration du port vers l'aval ». À Hérouville, « 60 à 80 ha » seraient disponibles. « Un potentiel de 2 500 logements sera proposé à Caen métropole », a ajouté lundi le maire.

Du côté de l'opposition, Patrick Arz (NPA) et Raphaël Yem (Verts) aimeraient que soit envisagée une éventuelle « concertation ». Ce dernier estime qu'un « débat public constructif » devrait être lancé sur la question de l'urbanisme et du logement. « On ne doit pas mettre les Hérouvillais de côté. Car sur le fond, on a l'impression que c'est bien avancé ». De la même manière, sur les précédentes réalisations, « nous souhaitons vivement un bilan public des évaluations ».

Pour Serge Lézement (MRC), ce projet s'inscrit « dans la continuité du prédécesseur François Geindre. On ne change pas la politique urbaine comme ça... On peut espérer que ça ne tombera pas à l'eau ».

Nathalie HAMON.

Journal Ouest-France du mercredi 29 septembre 2010
Edition : Caen