Des grands axes partagés, qui vont dans le bon sens

Les grands axes de la réforme constitutionnelle ont été présentés par le Premier Ministre Edouard PHILIPPE. Décentralisation, diminution du nombre de parlementaires, introduction d’une dose de proportionnelle : autant de sujets que le Mouvement Démocrate défend depuis 2012, dans une optique de meilleure représentativité des citoyens et d’un fonctionnement plus efficace de nos institutions.

Une proportionnelle insuffisante à l’Assemblée Nationale

Si la diminution du nombre de parlementaires est conforme à ce qui était attendu, la dose de proportionnelle à 15% annoncée par le Premier Ministre ne peut nous satisfaire. Nous défendons depuis 2012 le scrutin majoritaire actuel pour 75% des députés et une proportionnelle pour 25% de l’Assemblée Nationale, condition d’une représentation significative des différentes sensibilités politiques.

Le nouveau pacte girondin : oui, mais…

Le Mouvement Démocrate soutien la création d’un droit à la différenciation des territoires, en leur permettant d’adapter des lois et des règlements en fonction de la réalité de leur territoire, au delà du droit à l’expérimentation. Par leur contexte économique, leur taille, leur géographie, nos collectivités sont différentes et les solutions pour soutenir leur développement, dans une logique durable, peuvent également être différentes et doivent émaner des territoires.

Cependant, cet acte profondément décentralisateur doit s’accompagner d’une réforme aboutie du financement des collectivités territoriales, qui leur garantisse des marges de manoeuvre en terme d’« autonomie budgétaire ». La suppression de la taxe d’habitation, que nous avons soutenue, doit être un des éléments d’une réforme du financement des collectivités plus globale.

Résister aux conservateurs

Nous espérons que les parlementaires sauront résister aux conservateurs, à ceux qui nous expliquaient jadis la nécessité de cumuler des mandats, ceux qui nous démontraient « par A + B » qu’un Président de la République qui ne serait pas issu des rangs du PS ou des LR ne pouvait pas obtenir de majorité à l’Assemblée pour gouverner… 

Nicolas JOYAU

Président du Mouvement Démocrate du Calvados