Ouest-France :

Rodolphe Thomas, maire MoDem d'Hérouville-Saint-Clair et conseiller général du Calvados, a été reçu, mercredi, au cabinet de la Garde des sceaux Michèle Alliot-Marie, au sujet du devenir de la maison d'arrêt de Caen. Il dit avoir obtenu « l'engagement ferme qu'une délégation d'élus du Calvados serait accueillie prochainement par le ministre de la Justice ». Il affirme encore qu'« aucune décision n'a pour l'heure été prise concernant l'implantation de la future maison d'arrêt ». L'hypothèse de la création de deux maisons d'arrêt « de taille humaine », l'une dans le Calvados, l'autre dans la Manche, aurait été évoquée au cours de l'entretien. « Nous devons rester vigilants et nous rassembler, au-delà des clivages politiciens, pour parler d'une seule et même voix », insiste Rodolphe Thomas.

 

Tendance Ouest :

Le maire d'Hérouville-Saint-Clair Rodolphe Thomas a été reçu cette semaine au ministère de la justice. Ce dernier assure que la reconstruction de la maison d'arrêt à Caen ou sur le territoire de l'agglomération n'est pas exclu.

 

La Manche Libre :

Une délégation d'élus du Calvados devrait très prochainement être reçus par Michèle Alliot-Marie pour discuter du projet d'implantation d'une nouvelle maison d'arrêt bas-normande.C'est ce qu'affirme Rodolphe Thomas, maire d'Hérouville Saint-Clair, lui-même reçu au cabinet du ministre de la Justice le 22 septembre dernier. "Aucune décision n'a encore été prise quant à l'implantation de la future maison d'arrêt" affirme l'élu. "Cependant nous devons rester très vigilants sur les décisions qui pourraient être prises par le ministère de la Justice d'ici la fin de l'année (...). Renoncer à la construction d'un nouvel établissement pénitentiaire sur notre territoire serait accepter une plus grande précarité des détenus qui seraient éloignés de leurs familles, des associations qui les encadrent, et des professionnels qui les assistent", ajoute Rodolphe Thomas, qui appelle au rassemblement de tous les élus et parlementaires du Calvados."Nous devons préparer cette audition prochaine à la Chancellerie ensemble afin de parler d'une seule et même voix".