PARIS (AFP) — Le président du Mouvement Démocrate (MoDem), François Bayrou, a indiqué lundi qu'il voterait le texte sur le RSA (Revenu de solidarité active) même s'il commence à ressembler à "une usine à gaz", mais pas son financement qui constitue "une terrible injustice".

Concernant le RSA, "si l'idée est maintenue et si elle est juste, je le voterai", a indiqué M. Bayrou sur RMC, regrettant qu'aujourd'hui "on s'approche beaucoup d'une usine à gaz" alors qu'"au départ c'était une idée toute simple".

"Le financement c'est autre chose. Je ne donnerai pas ma voix à un financement qui ciblerait les classes moyennes et exonèrerait les plus fortunés. C'est niet! Pour moi c'est quelque chose d'inacceptable", a-t-il lancé. "Naturellement, le PS a applaudi" au principe de taxer le capital "mais ce n'est pas parce que le PS applaudit que c'est juste", a ajouté le député des Pyrénées-Atlantiques.

Il a souligné que "les classes moyennes vont porter toute la charge" du financement alors que "les 300.000 foyers les plus fortunés du pays, eux, vont être mis à l'abri", grâce au bouclier fiscal. "Je ne comprends même pas ce qui, dans l'esprit du gouvernement, peut les amener à faire ça. Ils ne se rendent pas compte que c'est une terrible injustice", a conclu le leader centriste.

Opinion partagée par le député UMP du Morbihan François Goulard qui a déclaré lundi qu'il voterait pour le RSA mais contre "ses modalités de financement" qui "pénalisent les épargnants petits et moyens".

"Je voterai pour le RSA en tant que dispositif social" mais, "en l'état actuel des choses, je voterai contre ses modalités de financement parce qu'elles pénalisent les épargnants petits, moyens et ne touchent pas les épargnants les plus aisés" bénéficiant du bouclier fiscal, a déclaré M. Goulard sur France Info.

Il y a dans le mode de financement de cette mesure "une profonde anomalie, et puis moi je suis contre la hausse des impôts", a-t-il ajouté.

Selon M. Goulard, "c'est dans la réduction de la dépense publique qu'on doit chercher des solutions" pour financer le RSA.

PARIS (Reuters) - Le président du Mouvement démocrate (MoDem), François Bayrou, a lancé mardi un appel aux élus français pour qu'ils se mobilisent contre la mise en place du fichier de police Edvige, qu'il juge contraire aux principes républicains.
 
Pour avoir les comptes rendus des différents forums de l'univesité d'été, cliquez sur http://www.mouvementdemocrate.fr/evenements/ur2008-cap-esterel/index.html
 
Le discours de clôture de François Bayrou est disponible ici.  
 
"Live blogging de l'université"Ce blog collaboratif est conçu pour suivre en direct l'université de rentrée du Mouvement Démocrate qui se tient à Cap Estérel, du 5 au 7 septembre 2008. Il est écrit par des auteurs invités, tous militants et participants à ce grand événement. L'expression y est libre, les commentaires aussi. La modération éventuelle ne se fera qu'a posteriori. Ce blog a été voulu par François Bayrou. Il est dirigé par Christophe Ginisty.

www.universitemodem2008.com
 
 
 

François Bayrou était l'invité de Nicolas Demorand sur France Inter mardi 2 septembre. Au cours de l'émission, il a évoqué notamment le recours qu'il a déposé devant le Conseil d'Etat contre le fichier EDVIGE. Il a aussi qualifié de "fait du prince" la sanction dont a fait l'objet le coordinateur des forces de sécurité intérieure en Corse après la violation du domicile de l'acteur Christian Clavier à Porto-Vecchio par des indépendantistes corses...

Voici la liste des intervenants qui nous ont d’ores et déjà confirmé leur participation à l'université de rentrée du Modem

Les personnalités présentes …

  • Guy VERHOFSTADT, Premier ministre de Belgique de 1999 à 2008
  • Hubert VEDRINE, ancien ministre des affaires étrangères
  • Jean-Claude CASANOVA, économiste, membre de l’Académie des Sciences morales et politiques
  • François HEISBOURG, président de l’International Institute for Strategic Studies
  • Jean-François KAHN, journaliste
  • Eva JOLY, conseillère du gouvernement norvégien, ancienne magistrate
  • Daniel SCHNEIDERMANN, journaliste
  • Robert ROCHEFORT, directeur du CREDOC, centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie
  • Laurent MAUDUIT, journaliste
  • Laurence LAIGO, secrétaire nationale de la CFDT
  • Sandro GOZZI, député italien (partito democratico)
  • Henri MALOSSE, président du groupe « employeurs » au Comité économique et social européen
  • Patricia RICARD, présidente de l’institut océanographique P. Ricard
  • Maximilien ROUER, PDG de BeCitizen et professeur de stratégie en développement durable à HEC
  • Matthieu CALAME, chargé de programme à la fondation Charles-Léopold Mayer pour le progrès de l’homme
  • Paul-Roger GONTARD, membre du Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche


… et les responsables du Mouvement Démocrate :

  • Nicolas ABOUT, président de la commission des affaires sociales du Sénat, sénateur des Yvelines
  • Abdoulatifou ALY, député de Mayotte
  • Gilles ARTIGUES, médiateur des adhérents
  • Denis BADRE, sénateur des Hauts-de-Seine, maire de Ville d’Avray
  • François BAYROU, président du Mouvement Démocrate
  • Jean-Marie BEAUPUIS, député européen
  • Jean-Luc BENNAHMIAS, vice-président du Mouvement Démocrate, député européen
  • Jacqueline GOURAULT, vice-présidente du Mouvement Démocrate, sénatrice du Loir-et-Cher
  • Nathalie GRIESBECK, députée européenne
  • Jean-Jacques JEGOU, sénateur du Val de Marne, maire du Plessis-Trévise
  • Anne LAPEROUZE, députée européenne
  • Jean LASSALLE, député des Pyrénées-Atlantiques
  • Bernard LEHIDEUX, député européen
  • Corinne LEPAGE, vice-présidente du Mouvement Démocrate
  • Michel MERCIER, sénateur, président du conseil général du Rhône
  • Philippe MORILLON, député européen
  • Anne-Marie PAYET, sénatrice de la Réunion
  • Jean PEYRELEVADE, vice-président du Mouvement Démocrate
  • Marielle de SARNEZ, vice-présidente du Mouvement Démocrate, députée européenne
  • Jean-Marie VANLERENBERGHE, vice-président du Mouvement Démocrate, sénateur du Pas-de-Calais, maire d’Arras

François Bayrou a exprimé vendredi sa satisfaction après l'approbation par les adhérents de son parti d'une motion "d'orientation politique" qui, selon lui, le conforte face à ses oppposants internes. "15.629 adhérents", soit "25 à 30%" des membres du parti, "ont pris la peine de participer au scrutin" organisé par correspondance, et la quasi-totalité d'entre eux ont approuvé la motion". "Contrairement à ce qu'un certain nombre de gens racontaient, le soutien des adhérents" à la stratégie d'indépendance du MoDem est "non seulement massif mais presque unanime", a-t-il déclaré. "Ce choix profond qui était le mien de sortir de la dépendance" des alliances avec la droite "pour entrer dans l'indépendance, c'est le choix profond des adhérents". François Bayrou avait décidé d'organiser cette consultation après les municipales, pour faire face à des contestations internes sur sa stratégie. Mais aucune autre motion n'a finalement été soumise au vote. La sienne défend l'élaboration d'"un projet politique démocrate et indépendant". Le député européen Thierry Cornillet, partisan d'une "renaissance de l'UDF", qui devait présenter une contribution, y a finalement renoncé.

Au terme des opérations de dépouillement, le Comité de Conciliation et de Contrôle a proclamé les résultats du vote sur la contribution soumise aux adhérents par M. François Bayrou :

  • Nombre de votants : 15629 (Enveloppes reçues dans les délais)
  • Nombre de suffrages constatés : 15626
  • Blancs et nuls : 168
  • Suffrages exprimés : 15458

Contribution de M. François BAYROU

  • J’approuve 15322
  • Je n’approuve pas 136