François Bayrou était l'invité du Journal de 20h de TF1. Interrogé par Patrick Poivre d'Arvor sur la situation du pays, le président du Modem a souligné : "je vois des retraités qui n'y arrivent plus (...), des femmes qui élèvent seules leurs enfants et qui comptent jusqu'au dernier centime, je vois des personnes de tous âges et des jeunes en particulier désespérés parce que, malgré tout ce que l'on leur raconte, le travail ne vient pas." Concernant les élections municipales, François Bayrou a estimé que son parti était "la garantie qu'on peut enfin sortir du face à face stupide qui fait que dans une ville un bord a tous les pouvoir et les autres n'ont rien" et qui "rend à la dimension locale son importance". Il a ajouté : "Ce n'est pas parce qu"on n'a pas exactement les mêmes idées sur le national qu'on ne peut pas localement se rassembler et faire vivre la ville en faisant s'exprimer toutes les sensibilités. Ainsi on abat une frontière, une espèce de mur de verre qui séparait les deux moitiés de la France pour faire vivre ensemble. Oui, je trouve qu'Alain Juppé est plutôt un bon maire de Bordeaux, je travaille avec lui."