La 28ème Fête des associations se déroule sous le signe de l’ouverture. Au travers du thème « Echanger contre ignorer, pour faire société », les soixante dix associations et structures présentes affirment leur participation active à l’organisation d’une vie collective meilleure et plus solidaire, à l’écoute de l’Autre dans le respect de ses différences. Elles témoignent de leur engagement et informent le public sur leurs actions citoyennes dans une ambiance festive ou réflexion et animations se conjuguent pour le plaisir de tous

 

Fête des Associations - Dimanche 28 septembre 2008 de 12h00 à 19h00 - Site de la fonderie

Les enfants des familles les plus modestes mangeront gratuitement, à partir de la rentrée prochaine. Environ 850 enfants sont concernés par la mesure.

A partir de la rentrée prochaine, la cantine scolaire sera gratuite pour les familles les plus modestes d'Hérouville-Saint-Clair. Rodolphe Thomas, maire MoDem de la ville, l'a annoncé hier vendredi. Bénéficieront par exemple de cette mesure : un couple avec un enfant percevant l'équivalent d'un Smic ; un couple avec deux enfants touchant un peu plus qu'un Smic.

Environ 850 enfants (soit 700 familles) sur les 1 500 déjeunant déjà à la cantine seront concernés. La municipalité estime que la gratuité générera en outre une centaine d'inscriptions supplémentaires. Près de 2 000 enfants sont inscrits dans les écoles maternelles et élémentaires publiques d'Hérouville.

Sur les 200 000 repas servis annuellement, environ 75 000 devraient devenir gratuits. « On s'est aperçu que de plus en plus de familles ne pouvaient ou n'osaient inscrire leurs enfants à la cantine, faute de moyens, souligne Rodolphe Thomas. Il est inacceptable que des enfants ne puissent pas se nourrir. » Cette gratuité faisait partie de ses promesses électorales. Son coût annuel pour la ville est de 60 000 €.

Jusque-là, les familles payaient de 0,28 à 2,88 € par repas. Encadrement compris, un déjeuner revient au total à 8 €. « Les aides de la Ville permettaient de descendre jusqu'à 2,88 €, explique Laurent Mata, premier adjoint. Ensuite, le centre communal d'action sociale, lui-même subventionné par la municipalité, versait des aides complémentaires, en fonction des revenus. » La gratuité transitera aussi par le CCAS. Les familles qui payaient jusqu'à 1,40 € le repas en bénéficieront. En revanche, si elles ne préviennent pas de l'absence d'un enfant à un déjeuner, elles devront s'acquitter de la somme, « pour responsabiliser et éviter tout gaspillage », reprend Christine Bonnissent, maire-adjoint chargé de l'Éducation.

Au-delà de cette gratuité pour les plus défavorisés, les familles avec des revenus moyens (jusqu'à 2 500 € par mois, avec deux enfants) bénéficieront eux d'une baisse « de 10 % sur les tarifs actuels », précise Pierre-Yves Lacroix, conseiller délégué à la réussite éducative. Pour les familles plus aisées, les tarifs ne bougent pas.

Par ailleurs, pour les enfants inscrits dans les deux écoles élémentaires privées d'Hérouville, « l'effort financier sera identique, termine Laurent Mata. Elles devront juste s'acquitter de la différence si le tarif pratiqué dans l'école est plus élevé. »

Virginie JAMIN.

Ouest-France du 14 juin 2008