Les présidents de Régions socialistes ont fait un choix politique clair, sauver leurs postes en lâchant le gouvernement qu’ils ont pourtant fortement contribué à faire élire. C’est un exercice de cynisme et de mauvaise foi affligeant qui prouve la détresse électorale des élus locaux socialistes. Mais hors de question pour eux de se remettre en cause après 11 ans de pleins pouvoirs dans les Régions de France.

Ils rejettent toutes responsabilités sur un gouvernement qu’ils cautionnement et soutiennent pourtant depuis 3 ans. Pourquoi alors un tel changement d’attitude ? Peut-être la peur d’une vague bleue en décembre 2015 à l’image de la vague rose de 2004 qui avaient donné 21 des 22 régions à la gauche.

Les chiffres nationaux du chômage du mois d’avril viennent de tomber et sont, sans surprise, une nouvelle fois en hausse. Il s’agit de la plus forte augmentation depuis 2013.

L’éloignement des élus socialistes du secteur privé explique en parti ces chiffres. Ils n’ont pas connaissance du monde de l’entreprise et oublient que 70 % des emplois privés sont dans les TPE (très petites entreprises) et PME (petites et moyennes entreprises).

Nous venons de prendre connaissance des préconisations de la commission Duron sur l'avenir des trains d'équilibre du territoire (TET) dans les régions.

Si la ligne Paris Caen Cherbourg semble préservée du coup de rabot général, il faut toutefois rester mobilisés car les décisions concernant la suppression ou la diminution de l'offre des TET relèvent de l'Etat et que les décisions finales seront prises, non par la commission Duron, mais bien par le Gouvernement.

Alors que nous étions plus de 1200 au Mémorial mardi 28 avril dernier pour parler de la Normandie « Caen cause Normand », le préfet de la région Haute-Normandie était saisi le lendemain du projet de décret fixant à Rouen le chef-lieu provisoire de la région Normandie.

Les méthodes autocratiques du gouvernement sont inacceptables et se résument, une fois de plus à « Cause toujours à Caen » ! Le fameux « équilibre des territoires », expliqué depuis la Place Beauvau (!) sur France 3 Normandie, ne suffira plus à convaincre les Bas-Normands. Nombreux sont ceux qui pensaient que le ministre de l’intérieur, ancien député-maire de Cherbourg, serait aux côtés des Bas-Normands. Tous les Fabusiens de Basse-Normandie s’inclinent devant leur chef Laurent Fabius qui défend son seul fief rouennais. La déception des Bas-Normands est grande, comme une nouvelle trahison des socialistes.

Selon des informations révélées dernièrement dans la presse, la SNCF préconiserait la suppression de plus de la moitié des lignes Intercités sur le territoire national. Il serait donc envisagé de réduire voire de supprimer une partie de l’offre de transports ferroviaires dans notre région.

Ces informations ne viennent que renforcer l'inquiétude  des milliers d'usagers qui subissent chaque jour les dysfonctionnements sur les lignes Intercités malgré les promesses d'amélioration récurrentes de la part de la Région et de la SNCF.

Ce matin, nous apprenons un peu par hasard par la presse que le conseil des ministres du 22 avril devrait annoncer que Caen deviendrait la préfecture de région de la nouvelle grande Normandie. Rouen hériterait quant à elle du siège du Conseil régional et le Havre de la Chambre régionale de commerce et d’industrie.

Cette annonce vient mettre un terme prématuré au débat d'idées qui s'était engagé entre les différents acteurs politiques, économiques et sociaux des deux régions normandes.