logo.pngA tous les jeunes Français et à toutes les jeunes Françaises,

 J'adresse ce message : le temps de l'innocence et de l'inaction est malheureusement terminé !

Et nous ne pouvons plus nous permettre de rester en dehors des débats, de nous taire face aux menaces qui s’élèvent de toutes parts. Nous héritons, malgré nous, d’un pays sur-endetté (1 665 milliards d’euros de dette), soit 25 630 euros par personne, d’un environnement abîmé, et notre modèle républicain est chaque jour remis en cause.

 

Nicolas JoyauChers ami(e)s Démocrates,

Vous le savez peut-être, les Jeunes Démocrates renouvellent leur équipe nationale en juillet prochain. Un nouveau Président ainsi qu'un nouveau Bureau National des Jeunes Démocrates seront donc élus, pour un mandat de 2 ans.

L'équipe dans laquelle je m'inscris (Démocrates de Demain: http://democrates-de-demain.eu/) souhaite associer le plus d'adhérents possibles dans sa démarche, jeunes et moins jeunes, pour faire avancer notre mouvement.

Nicolas Sarkozy a dévoilé, vendredi 24 avril, un « Plan Jeunes » qui omet la plupart des difficultés rencontrées par les jeunes français. La Commission Jeunesse du Mouvement Démocrate et les Jeunes Démocrates refusent cet état de fait et présenteront, jeudi 30 avril, leurs contrepropositions à la presse. Ils demanderont par ailleurs à rencontrer le Haut Commissaire aux solidarités actives et à la jeunesse Martin Hirsch.


Plan emploi plutôt que Plan Jeunes ! Les jeunes français espéraient un « Plan Jeunes » d’envergure, qui comporte des réponses concrètes aux nombreuses difficultés qu’ils rencontrent dans leur vie quotidienne. Ils devront toutefois se contenter d’un « Plan emploi d’urgence» réducteur, malgré une très bonne dotation et quelques avancées en matière d’alternance et de valorisation des stages.

Quid de l’insertion choisie et durable ? Nicolas Sarkozy n’a pas répondu à la question de l’insertion durable dans le monde du travail. De nombreux jeunes multiplient aujourd’hui les petits boulots, sans pour autant déboucher sur une situation sociale et professionnelle stable. Ce « Plan Jeunes » ne leur apporte guère de solution. Le Président de la République répond seulement aux besoins de main d’oeuvre, sans prendre en compte les attentes et les choix d’orientation des jeunes générations.

« Les Jeunes du Mouvement Démocrate viennent d'inaugurer, par des votes de motions débattues dans leur forum et associant l'ensemble des militants, une nouvelle façon de marquer leur positionnement politique, un inédit dans le paysage politique français.

Ainsi, les Jeunes Démocrates se déclarent hostiles au projet de loi "favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet", dite "loi Hadopi", actuellement en discussion devant le Parlement.
Conscients de la complexité du sujet et de ses nombreuses implications, tant au niveau de la protection des libertés fondamentales que des conditions nécessaires au maintien d'une création culturelle en France, les Jeunes Démocrates demandent :
_la présence de représentants d'association d'internautes au sein de la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet
_la reconnaissance du droit opposable d'accès à l'internet pour tous les citoyens
_l'harmonisation de ce dispositif dans un cadre européen
_l'ouverture d'un débat national sincère réunissant tous les acteurs concernés afin d'établir un modèle économique alternatif juste et réaliste en regard de la structure d'Internet et de la dématérialisation des contenus."

Les Jeunes Démocrates se prononcent en faveur de l'instauration d'un salaire minimum commun à toute l'Union Européenne.
Un même montant pour tous les Etats membres étant peu réaliste, les Jeunes Démocrates proposent un salaire minimum exprimé en pourcentage du salaire médian de chaque Etat. »

Les Jeunes Démocrates
Jérôme Hommais

"Les Jeunes Démocrates dénoncent le retour de la France dans le commandement intégré de l'OTAN. Ce retour à la niche marque la fin de l'indépendance de la France dans le jeu diplomatique. Une indépendance qu'il ne faut pas concevoir comme un caprice jalousement français mais comme un élément indispensable qui vient enrichir la diplomatie et qui se veut rempart contre un certain unilatéralisme dont on a compris les conséquences pendant la guerre d'Irak.
Par ailleurs, à l'heure de l'ouverture de relations internationales multilatérales, nous nous condamnons à revenir à une logique d'alliance dont le seul fondement est occidental, ce qui est un signe fâcheux envoyé à nos partenaires internationaux. Enfin, la réintégration de la France de l'Europe signe l'absence et peut-être la fin de l'Europe de la Défense."


Les Jeunes Démocrates
Jérôme Hommais