« Si Alain Juppé gagne son pari, j'en serai pour ma part très heureux et je l'aiderai. »

Le président du MoDem était l'invité, hier matin, de DirectPolitique (Ouest-France, l'Internaute, 20 Minutes). Face au FN, il préfère une entente réformiste à une primaire de la droite et du centre. Extraits.

Le MoDem dans l'opposition ?

« Dans sa dernière conférence de presse, François Hollande dit deux choses : je vais en Ukraine, et je ne changerai plus rien. Je n'approuve pas la manière dont le gouvernement, l'exécutif, le président de la République ont traité les grands problèmes du pays ces deux dernières années.

Le président du MoDem, candidat à la mairie de Pau, a affirmé sur Europe 1, qu'il « n'envisageait pas de se présenter à l'élection présidentielle » de 2017, ni aux législatives ni aux élections européennes. Le député européen et vice-président du MoDem, Robert Rochefort, a déclaré, hier, sur France 2 que la formation centriste pourrait apporter son soutien à Alain Juppé (UMP) si ce dernier était candidat à l'élection présidentielle en 2017. François Bayrou avait été candidat à la présidentielle en 2007 et 2012.

Le Mouvement démocrate (MoDem) est "absolument prêt à ouvrir la totalité de ses comptes actuels et passés", a annoncé aujourd'hui son président François Bayrou réagissant à la "déclaration solennelle" de Jean-François Copé (UMP) sur le thème de la transparence. "Ayant toujours dénoncé cette pratique des micropartis et toutes les habiletés extrêmement discutables dont est parsemé le financement de la vie politique en France, j'indique que le Mouvement démocrate est absolument prêt à ouvrir la totalité de ses comptes actuels et passés à tout contrôle et à toute demande de renseignement sous mon autorité et depuis sa création", a déclaré à l'AFP le président du MoDem.

Claude Bartolone, le Président de l'Assemblée nationale, sera en visite dans le département du Calvados et à Caen ce vendredi 18 octobre.

C'est Claude Bartolone, alors Président du Conseil général de Seine-Saint-Denis, qui avait alerté le premier les médias, en 2008, sur le danger des prêts toxiques et assigné en justice la banque DEXIA, au nom de son département.


Jean LASSALLE est un homme politique atypique, haut en couleur et libre ; il est de ces élus entiers et sincères dont on aimerait qu’ils soient plus nombreux à nous représenter à l’Assemblée Nationale.


À 21 ans, il est un des plus jeunes maires de France. Cinq ans plus tard, il est élu conseiller général du canton d’Accous et entre au Parlement de Navarre comme benjamin. De 1988 à 2002, Jean LASSALLE est député suppléant, puis devient député des Pyrénées-Atlantiques.

Jean Lassalle, le député qui marcheEn réaction au climat de crise politique et économique qui plombe la France, le député centriste des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassalle, s'est lancé dans une marche de plusieurs mois à travers le pays, à la rencontre des Français "qu'on ne consulte plus sur rien".

En 2003, il s'était levé de son siège de l'Assemblée Nationale en entonnant l'hymne occitan Se Canto pour interpeller un Nicolas Sarkozy qui refusait de l'écouter.